Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

menu
Navigation

Dans les brumes d'automne

Edito du Sel et Lumière du 13 novembre

 

Dans les brumes d'automne

 

Alors que les brumes d'automne estompent peu à peu tous les contours et nous renvoient l'image d'un monde où rôdent incertitude et dangers, le chrétien réalise combien peut s'avérer fragile de faire fond sur ce qui lui semblait constituer une assise solide. La fin de l'année liturgique l'invite à lever les yeux vers Celui qui se tient aux portes. En Lui, le monde à venir est déjà présent.

Il vient, entouré de ce peuple immense de ceux qui l'ont déjà rejoint : la foule innombrable des saints, rayonnants de sa lumière. Ils sont nos concitoyens de cette cité nouvelle dont chaque baptisé est une pierre d'attente. C'est dire que nous ne leur sommes pas étrangers et que parmi eux nous pouvons sans crainte choisir des compagnons.

Voici des siècles que la Gaule devenue chrétienne a reconnu en Martin, l'évêque de Tours (IVème siècle) le plus solide des appuis. Non sans raison, les chrétiens ont reconnu en lui l'égal des apôtres. Déterrer ces racines peut sembler à certains tout à fait inconvenant. Pourtant, la vie de cet officier païen devenu disciple du Christ peut être en ce XXIème siècle source d'inspi-ration.

- Son abandon résolu des voies de la force armée et de la violence peut le faire passer aujour-d'hui comme hier pour un illuminé. "Ce qu'il y a de fou dans le monde, Dieu l'a choisi pour couvrir de confusion les sages" (1Cor 1, 27)

- Le don de son manteau au pauvre grelottant de froid aux portes d'Amiens, cette "charité de St Martin" colle à son image depuis des siècles et pour les siècles. "Ce que vous avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25, 40)

- Son attachement indéfectible aux chemins de la pauvreté comme moine d'abord, comme évêque ensuite, l'exposant à l'incompréhension totale de ses frères dans l'épiscopat. Au prestige des insignes du pouvoir romain, Martin préfère l'humilité et la douceur de son seul Sei-gneur et Maître.

Tels sont quelques uns des chemins empruntés par Martin pour annoncer le Christ aux hommes de son temps.

Nous sommes désireux de l'annoncer à ceux du nôtre. Ces voies ont-elles perdu de leur actualité ? C'est peu probable. En tous cas St Martin demeure assurément un appui solide dans les incertitudes qui nous assaillent.

Père Antoine Bouleau