Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

menu
Navigation

Ecologie, encore et pour toujours

" . . .Comme saint François, c’est notre regard qu’il faut changer, dans notre relation aux autres, la culture, le travail, l’éducation, la solidarité, la charité, l’entraide – passer de la domination utilitariste à l’humanisme actif et gratuit ! .. ." Edito du Sel et Lumière du 1er mai 2016

 

Ecologie, encore et pour toujours


Eco-nomie, littéralement gestion de la maison ; éco-logie, sciences de la maison ; c’est-à-dire la science qui étudie les relations des créatures avec la création dans laquelle ils vivent, de la femme et de l’homme dans leur maison commune, la terre.
Et que nous dit cette science aujourd’hui ? Que notre maison est en danger, que les hommes sont devenus fous dans leur relation avec elle et entre eux, et qu’il faut aujourd’hui s’en occuper, beaucoup mieux et différemment.
C’est un moment singulier dans l’histoire de l’humanité : sinon nous, maintenant, ici, qui le fera ?
C’est ce qu’ont bien compris les gouvernements du monde entier en s’engageant au cours de la conférence COP 21 en novembre dernier. C’est aussi ce à quoi le Pape François nous invite dans « Laudato Si’ » !
Mais le pape va plus loin ; ce dont a besoin notre maison commune aujourd’hui ce n’est pas ce que pourront apporter les mêmes vieilles recettes : plus vite, plus d’efficacité, plus loin, plus de technologies, plus de lois et de règlements ! Si la maison commune va mal, c’est surtout du fait de la folie des hommes – ce qu’il faut soigner d’abord, c’est donc cette folie !
Bien sur les progrès de la science et de la société seront utiles, mais ce qu’il faut surtout c’est les ré-humaniser. Le pape nous indique le chemin à suivre pour cela – celui que nous a indiqué saint François d’Assise qui se fait tout proche des plus pauvres et des plus faibles, prend le temps de contempler la création, qui la soigne tout en s’y soumettant et qui appelle des soeurs et des frères à faire comme lui !
Comme saint François, c’est notre regard qu’il faut changer, dans notre relation aux autres, la culture, le travail, l’éducation, la solidarité, la charité, l’entraide – passer de la domination utilitariste à l’humanisme actif et gratuit !
Alors nous saurons trouver, discerner, ce à quoi chacun d’entre nous est appelé, concrètement, aujourd’hui, là où il est, pour mieux s’occuper de la maison commune.
L’humanité est inscrite au coeur de chaque homme, mais souvent tellement enfouie sous le poids du jour et les vanités des temps modernes. La voilà cette « terre de mission » vers laquelle l’écologie nous envoie : convertir les regards pour faire resurgir en chacun cet humain profond créé à l’image de Dieu – et cet humain là, nous en sommes convaincus, prendra soin de la maison commune.

Jean-Baptiste Rougé