Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

menu
Navigation

Le temps prétendu ordinaire

Edito du Sel et Lumière du 17.01.16

 

Le temps prétendu ordinaire…

 

Voici que l’année liturgique a repris son cours ordinaire. Après l'Avent et le temps de Noël, nous voici maintenant dans le temps de l’Eglise, temps pour lequel les ornements sont verts… la couleur de l’espérance.
Il y a un enjeu spirituel fort à vivre l’ordinaire : enjeu de fidélité, de persévérance, mais aussi d’émerveillement. Il serait en effet funeste d’être toujours dans l’extraordinaire : course kafkaïenne, marquée par la surenchère permanente, mais aussi course en avant irrémédiablement vouée à l’échec par essoufflement des sprinteurs !
Sachons nous souvenir de l’extraordinaire de l'Incarnation pour vivre l’ordinaire de la vie de l’Eglise. Ce que je dis là vaut aussi dans bien des situations humaines qui sont les nôtres : gardons en éveil la mémoire des jours extraordinaires pour vivre le quotidien qui, du coup, n’est plus ni morne ni terne.
Pour finir, je reprends les paroles d’un beau chant des scouts : « J’ai choisi l’amour du Seigneur dans chaque chose ordinaire ; alors, je mettrai tant de coeur à les rendre extraordinaires ! »


Qu’il en soit ainsi : l’extraordinaire sera alors notre ordinaire.


Père Bertrand Auville, curé de Vanves