Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

menu
Navigation

Sel et Lumière du 12 avril 2015 Dimanche de la Divine Miséricorde

Qui sont les Maronites ?

 

Qui sont les Maronites ?

 

Les Maronites constituent la plus importante communauté chrétienne du Liban où siège l’Église maronite, une des Églises catholiques orientales. Née avec Saint Maroun au Vème siècle, elle est la seule Eglise d’Orient à être fidèle à l’Eglise catholique universelle dès ses origines.

Les Maronites forment une Eglise vivante de plusieurs millions de fidèles répandus à travers le monde, des commerçants, des artistes, des écrivains, comme Khalil Gibran, ou des saints comme Charbel Makhlouf que Paul VI a canonisé le 9 octobre 1977, et Rafka Rayess que Jean-Paul II a déclarée bienheureuse le 17 novembre 1985. Le 15 mars 2011, à Rome, Monseigneur Bechara Raï a été élu 77e Patriarche maronite par les évêques maronites réunis en conclave.

D’où viennent les Maronites ?

Aux alentours de l’an 400, vécut dans les montagnes de Syrie un ermite du nom de Maron. On sait très peu de chose de ce solitaire, dont les disciples formèrent le noyau initial de l’Église maronite. Près du lieu de sa mort, s’édifia un grand monastère qui devint rapidement un centre spirituel pour les chrétiens locaux. L’Église maronite accepta le concile de Chalcédoine et fut même persécutée pour cela au VIème siècle. Elle n’est donc pas une Église monophysite.

Les Maronites célèbrent-ils la même messe ?

Comme toutes les Eglises d’Orient en communion avec Rome, l’Eglise maronite a évolué avec son propre rite au cours des siècles, attaché à la langue syriaque, fille de l’araméen, langue du Christ. Le rite maronite de la messe a certaines particularités, notamment :

La prière du Pardon, le « Houssoyo », qui est récitée juste après l’oraison du début et le Gloria, est formée de deux parties :

 « le Proémion », prière de glorification adressée à Dieu et qui se termine toujours par l’expression « Au clément honneur et gloire à l’occasion de cette fête (de ce jour), et tous les jours de notre vie jusqu’à la fin des siècles » ;

 le « Sedro » qui se caractérise par la commémoration de l’économie du Salut et de la demande du pardon selon l’occasion liturgique. Le Sedro se termine toujours par une prière qui touche à l’actualité du peuple de Dieu.