Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

menu

Comme il est bon de ne rien faire...

Edito du Sel et Lumière du Juillet 2017

Ne soyons pas plus royaliste que le roi. Dieu lui-même, le créateur de l’univers s’est reposé. Quelles seraient nos raisons de ne pas nous reposer à notre tour ? Créer est un acte éprouvant. Lorsque nous créons, nous donnons de nous-mêmes. Il faut alors se ressourcer, se reconstruire et donc se reposer.

A la fin de chacun des cinq premiers jours de la semaine créatrice, Dieu a contemplé son œuvre. Il l’a trouvée bonne. Le sixième jour, jour où il a créé l’homme et la femme, Dieu a contemplé son œuvre. Il l’a trouvée très bonne. Le septième jour, Dieu a contem- plé toute son œuvre. Il a fait de ce jour un jour béni et sacré. Faisons de même ! Accep- tons, chaque soir de relire notre journée. Nous y verrons l’œuvre accomplie... la nôtre et celle de Dieu en nous. Prenons aussi le temps d’une journée sabbatique hebdomadaire.  Le repos est sacré. Il permet de donner de la densite à notre vie. Notre vie prend du relief lorsque nous la regardons. Si nous ne faisons pas de pause, alors notre vie n'est qu'une succession frénétique d'évènements, lesquels peuvent à la longue détruire, nous vider, nous blaser.

Enfin, savoir prendre du repos nous prémunit de l’orgueil et de la démesure qui tendent à nous faire croire que l’on est indispensable et omnipotent. Il n’est pas un préalable mais bien plus une conclusion d’une semaine laborieuse. Le repos n’est pas non plus à considérer comme une récompense. Il ne s’agit pas du repos du guerrier ! Pour re- prendre une terminologie chère au philosophe Henri Bergson, l’homme est tout à la fois homo faber (il existe en ce sens qu’il crée) et homo sapiens (il doit se reposer pour sa- voir qu’il a été créateur). La foi chrétienne me pousse à ajouter que l’homme est avant tout une histoire sacrée. L’Ecriture le rappelle avec force : l’homme n’est pas fait pour le sabbat (le repos). C'est le sabbat qui est fait pour l'homme. L'homme, le repos lui sied à merveille.

Père Bertrand Auville, Curé de Vanves.